Mer24Jui2015

C’est un coup de gueule que je vais pousser aujourd’hui, et un coup de gueule qui ne va pas m’apporter que des amis ! En fait, je risque surtout de perdre des amiEs ! Oui, je vais vous parler de sexisme dans la création d’entreprise.

Il y a maintenant presque six ans, j’ai décidé de créer mon entreprise dans le métier que j’exerçais depuis une quinzaine d’année, le secrétariat. Je me suis renseignée, j’ai réfléchi (un peu quand même), j’ai regardé ce qui se faisait, ce que je voulais faire (ou ne pas faire !), j’ai monté le projet et je l’ai présenté à mon mari (bien ficelé, j’avais déjà une réponse à toutes ses incertitudes). Et puis je me suis lancée dans le grand saut de la création d’entreprise, sans jamais le regretter !

Depuis, je suis ce qui se passe en matière d’entrepreneuriat via un certain nombre de site et de compte Facebook ou Twitter, comme @fedae (Fédération des Autoentrepreneurs) ou @apce (Agence Pour la Création d’Entreprises). Je suis également le forum de @GautierGirard ou le compte Twitter de @lgrandguillaume (le député qui a sauvé le régime de l’autoentrepreneur).

Et depuis six ans, je vois fleurir les sites internet, associations, aides, regroupements qui ne concernent que les femmes.

La taxe sur la copie privée, c’est quoi ?

La copie privée, c’est la possibilité pour une personne de reproduire une œuvre pour son usage privé, l’œuvre ayant été achetée ou reçue suite à une diffusion (à la télévision, par exemple).

Bref, vous pouvez faire une copie du dernier CD de Madona que vous avez acheté et le mettre dans votre voiture si vous avez l’original à la maison ! Vous pourrez même le conserver quand votre original sera complètement rayé ! Et vous pourrez faire écouter ce disque à votre rejeton qui ne connaît que les One-D puisqu’il fait partie de votre cercle familial !

Depuis l’arrivée d’Internet, du numérique et des échanges à très haute vitesse, les « majors » se plaignent qu’il y a plus de copie privée que d’originaux. Comme elles n’ont pas su être réactives et profiter de l’avènement de ces nouvelles technologies, elles ont effectivement vu leurs ventes baisser.

Lun06Avr2015

La TVA, enigme des entrepreneurs !

3263 clics

Ça fait un moment que je fréquente un forum d’entrepreneurs. En fait ça fait un peu plus de six ans. Au départ pour trouver des informations, puis maintenant pour faire part de mon expérience et aider les autres.

J’apprécie généralement de voir ce qui se passe, d’aider les gens ou simplement de les rassurer alors qu’ils se lancent dans la grande aventure de entrepreneuriat, comme je l’ai fait il y a maintenant un peu plus de six ans.

Parmi les questions qui reviennent régulièrement se trouve celle de la TVA. Je l’ai étudiée en terminale (Sciences Économiques et Sociales) et je remercie mon prof d’économie de l’époque (Monsieur Rohmer, je me souviens de vous !), car maîtriser la TVA m’est très utile dans ma vie d’entrepreneur et n’est manifestement pas donné à tout le monde.

Du coup, à force de me répéter, j’ai eu envie de faire une petite synthèse pour tous les entrepreneurs qui pataugent dans la TVA ! Cet article ne se veut pas une étude exhaustive et approfondie de la TVA, mais une base pour débuter et comprendre de quoi il retourne.

Jeu26Fév2015

Les copains d'abord !

3857 clics

Ils s’appellent Christian, Josette, Gérard, Yves ou Franck.

Ils habitent Brest, Riom-es-Montagne, Clermont-Ferrand, Givors, Toulouse, Montluçon, Commentry ou Albi.

Ils sont ouvriers, agriculteurs, jumpers (moi non plus, je ne connaissais pas !), peintres en bâtiment, verriers ou encore ingénieurs.

Ils travaillent dans la confection, l’agriculture, le nucléaire, l’armement, la chimie, la cristallerie ou la sous-traitance.

Ce sont les copains de l’association Henri Pézerat qui se meurent, dans l’indifférence générale, d’avoir travaillé au contact de l’amiante, des radiations nucléaires, des pesticides ou de substances chimiques diverses !