Pour ne pas perdre sa vie à la gagner !
Autant vous le dire tout de suite, ce titre que je trouve fabuleux n’est pas de moi ! J’aurais tellement aimé y penser moi-même que je permets de l’utiliser, mais c’est en fait le sous-titre d’un livre coécrit par Annie THEBAUD-MONY, Philippe DAVEZIES, Laurent VOGEL,... Lire la suite...
Le député, le salarié, le chef d'entreprise et les justificatifs de dépense !
Cher Monsieur le Député Sébastien Huyghe, Vous avez été réélu pour la dernière législature qui a commencé il y a une quinzaine de jours. On n’a pas relevé votre présence très souvent depuis cette élection mais votre seule intervention en commission a fait le tour des réseaux sociaux ! Lire la suite...
Communiquer, une nouveauté pour les avocats !
Le 28 avait lieu à Rouen une intéressante conférence donnée par @DominiquePiau sur le thème de « La communication des avocats : faire sa publicité dans le respect des bonnes pratiques » à laquelle la très gentille @Palais_au a assisté et pour laquelle elle a eu la bonne idée de nous faire un petit... Lire la suite...
Ma-Webassistante.com a fait son lifting de printemps !
Vous l’avez certainement vu (et si vous ne l’avez pas, levez les yeux, vous le verrez !), MA-WEBASSISTANTE.COM a relooké son logo ! J’ai créé moi-même le premier (et précédent) logo de MA-WEBASSISTANTE.COM quand j’ai préparé la création de l’entreprise fin 2009. Cette année, j’ai décidé de... Lire la suite...
Ces dépenses à la fois inutiles et obligatoires !
Aujourd’hui (ça fait longtemps), je vais pousser un petit coup de gueule contre ces dépenses inutiles que les entreprises (enfin, mon entreprise en tout cas) doivent engager sur des obligations légales. Je suis en entreprise individuelle, je n’ai pas de local puisque je travaille depuis mon... Lire la suite...
prev
next
Mar22Sep2015

Moi aussi, j'aime l'entreprise !

1490 clics

Ce matin, je suis tombée sur un article du site @europe1 dont le titre percutant m’a intrigué / fait peur / paniqué : « 90 % des entreprises menacées par un redressement de l’Urssaf ». Bien que, en tant qu’artisan, mes cotisations Urssaf soient calculées et prélevées par le RSI, ça m’intrigue et je me dis que je dois bien être dans ces 90 %, mon taux de chance avoisinant généralement le zéro absolu !

Avec une petite boule au ventre, je lis la suite de l’article en question pour voir de quoi il retourne et combien va encore me coûter cette histoire. En fait, les cotisations patronales que les entreprises paient sur les salaires de leurs employés ont vu leur base de calcul modifiée par deux décrets de 2012 et 2014. Et il semblerait que peu d’entreprises ayant des salariés soient au courant et que donc, par voie de conséquence, elles risquent un important redressement de l’Urssaf.

 

Me voilà bien soulagée, je n’ai pas d’employé ! Ouf ! Mais alors d’où sort ce chiffre de 90 % des entreprises ? Dans la suite de l’article, on apprend que Maître Michel Hallopeau, « avocat spécialisé dans les régimes de retraite et de prévoyance au cabinet Fidal » estimerait que « 90 % des entreprises sont concernées ».

Pardonnez-moi d’avance cher Maître, et peut-être vos propos ont-ils été mal rapportés par Europe 1, ou peut-être s’agit-il d’un simple abus de langage, mais vous savez bien que dans la vie, il faut savoir être précis. Et en tant que chef d’entreprise, je tiens à cette précision parce que je ne me reconnais pas dans ce chiffre de 90 % (hachetague #NotInMyName !).

Alors voilà, d’après les chiffres de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), il y avait en 2013 (nous n’avons pas de chiffres plus récents) un total de 3 752 544 entreprises en France, tous secteurs d’activité confondus.

Si l’on détaille par taille en nombre de salariés, on obtient ce joli graphique :

graphique01

On voit bien qu’au-delà de 199 salariés, la proportion du nombre d’entreprises par tranche est tellement minime qu’on ne la voit pas. Je vous mets donc les chiffres :

 

Nombre de salariés 0 1 à 9 10 à 49 50 à 199 200 à 499 500 à 1999 2 000 ou plus TOTAL
Nombre d’entreprises 2 566 907 982 716 168 606 26 545 5 098 2 197 475 3 752 544

Donc sur les 3 752 544 entreprises qui existaient au 1er janvier 2013, 2 566 907 entreprises ne comprenaient aucun salarié, soit un peu plus de 68 % des entreprises. Les autres représentent donc environ 32 % des entreprises en France (toujours sur la base des chiffres du 1er janvier 2013).

On voit donc déjà que seul 32 % des entreprises (soit 1 185 637 entreprises) pourraient être susceptibles d’être concernées par ce redressement de l’Urssaf ! Peut-être qu’il s’agit de 90% de ces 1 185 637 entreprises ? Mais nous sommes loin de ce raccourci de 90 % des entreprises !

D’ailleurs l’INSEE fournit également une évolution de ces chiffres depuis 2003. J’ai un peu remis en forme leur tableau Excel pour ne pas tenir compte des secteurs d’activité puisque ce qui m’intéresse, c’est le nombre total des entreprises en fonction de leur effectif en salariés.

 

Taille en nombre de salariés Total
0 1 à 9 10 à 49 50 à 199 200 à 499 500 à 1999 2 000 ou plus
1er janvier 2003 1 430 276 961 827 156 303 24 261 4 624 1 981 400 2 579 672
1er janvier 2004 1 478 609 971 297 155 682 23 695 4 569 1 966 411 2 636 229
1er janvier 2005 1 557 368 950 503 153 203 22 965 4 414 1 928 415 2 690 796
1er janvier 2006 1 586 114 958 248 153 880 23 320 4 397 1 895 402 2 728 256
1er janvier 2007 1 769 533 984 225 163 487 24 768 4 700 2 007 453 2 949 173
1er janvier 2008 1 823 175 996 481 169 153 26 025 4 770 2 085 487 3 022 176
1er janvier 2009 1 911 485 995 199 167 455 26 084 4 798 2 051 506 3 107 578
1er janvier 2010 2 135 441 986 909 163 899 25 478 4 734 2 035 480 3 318 976
1er janvier 2011 2 326 128 986 091 165 828 26 054 4 854 2 058 498 3 511 511
1er janvier 2012 2 412 197 979 394 170 175 27 102 5 047 2 159 506 3 596 580
1er janvier 2013 2 566 907 982 716 168 606 26 545 5 098 2 197 475 3 752 544

On voit qu’en dix ans, le nombre total des entreprises a fortement augmenté :

graphique02

Dans ce second graphique, on voit que cette augmentation est principalement, voire quasi exclusivement, le fait de l’augmentation du nombre d’entreprises qui n’emploient pas de salarié.

graphique03

La forte augmentation en janvier 2009 est à mettre en relation avec la création, à ce moment, du statut d’autoentrepreneur qui a rencontré un franc succès et permet à beaucoup d’entrepreneurs de créer son propre emploi ou d’officialiser des revenus annexes. À partir de 2009, les créations d’entreprise ont explosé.

Nombre de
salariés
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009* 2010 2011 2012 2013
Créat°
Tot.
dont hors
AE
Créat°
Tot.
dont hors
AE
Créat°
Tot.
dont hors
AE
Créat°
Tot.
dont hors
AE
Créat°
Tot.
dont hors
AE
Sans
salarié (1)
84,2 86,5 86,7 86,6 86,8 87,5 94,1 86,8 94,6 87,4 94,3 87,9 94,6 87,9 94,8 89,6
1 à 2
salariés
11,8 10,2 10,0 9,9 9,8 9,2 4,3 9,6 3,9 9,2 4,2 8,8 4,0 8,9 3,9 7,8
3 à 9
salariés
3,0 2,4 2,5 2,6 2,6 2,4 1,2 2,6 1,0 2,4 1,1 2,4 1,0 2,3 0,9 1,8
10 salariés
ou plus
1,0 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,5 1,1 0,4 1,0 0,4 0,9 0,4 1,0 0,4 0,8
Ensemble
(en nombre)
238 971 268 996 271 217 285 458 325 739 331 439 580 193 260 174 622 036 263 448 549 788 258 067 549 967 242 489 538 182 263 240

En 2003, sur les 238 971 créations d’entreprises, seuls 84,2 % étaient des entreprises sans salarié et il y avait même 1 % des entreprises qui étaient directement créées avec plus de dix salariés. En 2013, 538 182 entreprises ont été créées parmi lesquelles 94,8 % étaient des entreprises sans salarié ! Le marché est donc en pleine évolution !

Je ne reviendrais pas sur la soi-disant précarité du statut d’autoentrepreneur et les statistiques concernant ce statut qui ne sont pas du tout représentatives puisqu’elles mélangent tout. Ceux qui en font leur activité principale sont mélangés avec ceux qui en font une activité annexe, ce qui donne des moyennes de chiffre d’affaires pas du tout représentatives ni pour les uns, ni pour le autres. Pareillement, on mélange les chiffres d’affaires de ceux qui sont dans la catégorie prestations de service avec les chiffres de ceux qui font du commerce, sans tenir compte des seuils différents des uns et des autres, ce qui donne à nouveau des moyennes de chiffre d’affaires qui ne sont pas du tout représentatives…

Bref, tout ça pour vous dire que quand on parle « des entreprises », il faut voir de quelles entreprises on parle ! Quand on dit qu’on va simplifier la vie des entreprises, je me réjouis et puis je me rends compte qu’on a surtout simplifié la vie des entreprises de plus de 50 salariés, soit 34 135 entreprises (chiffres de 2013 toujours), ce qui représente un peu moins de 10 % du total des entreprises…

Alors, Monsieur le Premier Ministre, quand vous dites « J’aime l’entreprise », n’hésitez pas à préciser quelles entreprises vous aimez ! Il est vrai que nous ne sommes que trois millions et demi de petits chefs d’entreprises de moins de dix salariés, tout seul dans notre petit coin, représentés par aucune organisation de lobbying, mais quand même, c’est trois millions et demi de voix lors des élections ;)