Internet pour les nuls (ou ceux qui n'aiment pas ça !)

À l’heure où Internet est un vecteur de communication important, beaucoup sont encore perdus et on ne leur en voudra pas. C’est compliqué et quand c’est expliqué par des professionnels… ça le devient encore plus (si, si, je vous jure) !

Nom de domaine, hébergement, site internet... il y a quelques petites choses à savoir pour ne pas se sauter à l'eau les yeux...

Lire la suite...
Quand Word devient mon meilleur ami !

Je sais que beaucoup d’indépendants (avocats, huissiers, médecins, etc.) n’ont pas forcément les moyens de s’offrir les services d’une secrétaire, fut-elle indépendante et payée à la tâche comme votre serviteur.

Beaucoup d’entre vous se voient contraints de taper eux-mêmes leurs documents, parfois longs. Mêmes si les plus jeunes sont nés dans l’ère de...

Lire la suite...
La TVA, enigme des entrepreneurs !

Ça fait un moment que je fréquente un forum d’entrepreneurs. En fait ça fait un peu plus de six ans. Au départ pour trouver des informations, puis maintenant pour faire part de mon expérience et aider les autres.

J’apprécie généralement de voir ce qui se passe, d’aider les gens ou simplement de les rassurer alors...

Lire la suite...
Les copains d'abord !

Ils s’appellent Christian, Josette, Gérard, Yves ou Franck.

Ils habitent Brest, Riom-es-Montagne, Clermont-Ferrand, Givors, Toulouse, Montluçon, Commentry ou Albi.

Ils sont ouvriers, agriculteurs, jumpers (moi non plus, je ne connaissais pas !), peintres en bâtiment, verriers ou encore...

Lire la suite...
Ma boîte à outil !

Aujourd’hui, j’avais envie de parler politique, de parler de ces gens qui nous/vous traitent de #captateurs, mais ne paient pas leurs impôts (ou leur kiné, leur loyer, etc…), ceux qui viennent sauver la France (ou leur peau en récupérant un peu d’immunité), ceux qui s’occupent de leur carrière et de leurs ambitions avant de s’occuper de nous, mais non ! C’est trop...

Lire la suite...
Mar02Jan2018

A N T I C I P E R !

1165 clics

« Prévoir, supposer ce qui va arriver et adapter sa conduite à cette supposition : Politicien qui anticipe sur les élections à venir. »

Larousse

De Bill Gate à Xavier Niel en passant par plein d’autres entrepreneurs qui ont réussi, on vous dit qu’anticiper est une des clés essentielles de la réussite. Anticiper les baisses d’activité pour mettre en place des actions commerciales adéquates, anticiper les surcharges d’activité pour recruter ou trouver des prestataires fiables (comme Ma-Webassistante.com, exemple choisi au hasard parmi plein d’autres !), anticiper des problèmes d’approvisionnement pour ne pas pénaliser ses clients (et sa facturation), anticiper les défaillances de ses clients ou fournisseurs, et cætera. Bref, anticiper l’avenir, c’est pouvoir trouver une solution avant que le problème ne vous paralyse, c’est sauver son entreprise ! Quel que soit l’entreprise, l’entrepreneur passe son temps à anticiper les problèmes pour constamment préserver son entreprise.

À mon petit niveau d’entreprise individuelle, je passe mon temps à essayer d’anticiper. Si les enjeux financiers ne sont pas ceux de Free ou Microsoft, malgré tout, si je n’anticipe pas suffisamment bien, c’est mon entreprise et ma vie entière qui s’écroule. Alors, je fais de mon mieux. Mais parfois, des gens qui n’ont rien à voir avec mon entreprise, rien à voir avec moi, qui ne connaissent pas mon entreprise, qui ignorent tout de ce que peut bien être une entreprise (en dehors de ce que leur rapportent Pierre Gattaz et le Medef, bien sûr !), me mettent des bâtons dans les roues ! Et cette année, ils ne m’ont pas mis de simples bâtons dans les roues, ils y sont allés avec des troncs d’arbre !

Cher Monsieur le Député Sébastien Huyghe,

Vous avez été réélu pour la dernière législature qui a commencé il y a une quinzaine de jours. On n’a pas relevé votre présence très souvent depuis cette élection mais votre seule intervention en commission a fait le tour des réseaux sociaux !

Mar22Sep2015

Moi aussi, j'aime l'entreprise !

2501 clics

Ce matin, je suis tombée sur un article du site @europe1 dont le titre percutant m’a intrigué / fait peur / paniqué : « 90 % des entreprises menacées par un redressement de l’Urssaf ». Bien que, en tant qu’artisan, mes cotisations Urssaf soient calculées et prélevées par le RSI, ça m’intrigue et je me dis que je dois bien être dans ces 90 %, mon taux de chance avoisinant généralement le zéro absolu !

Avec une petite boule au ventre, je lis la suite de l’article en question pour voir de quoi il retourne et combien va encore me coûter cette histoire. En fait, les cotisations patronales que les entreprises paient sur les salaires de leurs employés ont vu leur base de calcul modifiée par deux décrets de 2012 et 2014. Et il semblerait que peu d’entreprises ayant des salariés soient au courant et que donc, par voie de conséquence, elles risquent un important redressement de l’Urssaf.

Sam29Aoû2015

Libéré, délivré... #OuPas

7899 clics

Le 18 juin la Cour de cassation a rendu un arrêt qui fait à nouveau parler des « libérés » de la sécurité sociale. Depuis lors, les réseaux sociaux – en tout cas ceux que je fréquente et qui comportent beaucoup d’entrepreneurs – regorgent d’incitations à « se libérer » des organismes de sécurité sociale obligatoire au motif que, justement, ils ne seraient pas obligatoires ! Je suis aussi chef d’entreprise, et j’avoue qu’avoir la même couverture sociale pour moins cher, c’est super tentant !

Sauf que… aussi tentant que cela soit, c’est totalement illégal malgré les boniments de certains « mouvements » de libérés. Et pour tout vous dire, une fois de plus, ce n’est jamais que l’histoire qui se répète !

Ce sujet me tient à cœur. Pourquoi ? Parce que moi aussi, j’ai une entreprise. Parce que moi aussi, en bossant 70-80 heures par semaine, j’aimerais gagner plus. Enfin, parce que notre système de sécurité sociale, s’il est loin d’être parfait, permet de se soigner sans trop se poser de question lorsque l’on est atteint d’une maladie longue et/ou dont les traitements sont coûteux ! Et parce que je trouve assez irresponsable d’inciter des entrepreneurs qui ont mis toute leur âme (et souvent toutes leurs économies) dans leur entreprise à transgresser des lois pourtant claires !

Dim12Oct2014

Il y a quelques jours, notre Ministre de l’Économie, à l’heure où les professions réglementées sont sur la sellette, est allé annoncer (entre autres) aux experts-comptables que leurs prérogatives seraient étendues et leur corporation protégée.

Vous pouvez écouter la totalité de son intervention ici.

L’allocution n’était pas inintéressante et pour une fois de la part d’un homme politique, elle semblait naturelle. J’ai noté que ce jeune homme n’avait pas l’œil rivé sur son discours ou ses notes et j’en déduirais volontiers qu’il a parlé "avec son cœur" !

Une partie de son allocution a largement été reprise par les médias : « J’ai besoin de vous pour avoir des idées pratiques, concrètes. » Le problème est, Monsieur le Ministre, que vous vous adressiez à des experts-comptables qui ne sont pas en lien avec TOUTES les entreprises. De plus, ce qui paraît compliqué, voire insurmontable, aux petits chefs d’entreprises que nous sommes, leur paraît naturel. Et c’est bien normal, c’est leur métier !

Alors, Monsieur le Ministre, j’ai décidé de vous inviter quelques minutes dans MA réalité. Ce n’est certes pas la réalité de toutes les entreprises, mais je pense que beaucoup ont les mêmes problèmes ou interrogations que moi.

Vous prendrez bien un petit café, Monsieur le Ministre ?